Traduire

Partager

Propositions concrètes des experts de SAF France adressées à Mme Agnès BUZYN

Les experts de SAF France propose un plan d'action pour la prévention des TCAF.

Propositions adressées à Mme Agnès BUZYN, Ministre de la Santé, septembre 2017

Les Troubles Causés par l’Alcoolisation Fœtale (TCAF) sont reconnus par la communauté scientifique internationale comme un problème de Santé publique mondial. Une charte internationale validée fin 2013 par 35 pays encourage les  gouvernements à en faciliter la prévention.  

En France, l’Académie Nationale de médecine reconnaît que la consommation d’alcool pendant la grossesse représente la première cause de déficience mentale et d’inadaptation sociale, non génétique et de surcroît totalement évitable. Elle vient de faire un certain nombre de préconisationsafin de protéger la jeunesse et son avenir.

Malgré les campagnes de prévention et l’apposition d’un logo sur tous les contenants de boissons alcoolisées, près de 20% des femmes consomment encore de l’alcool pendant leur grossesse, au moins 800 enfants naissent chaque année porteurs de la forme sévère de ce syndrome, et chaque heure, un enfant nait avec un cerveau endommagé à vie par ce tératogène.  

En comparaison, c’est 350 enfants porteurs de trisomie 21 qui naissent en France chaque année.

Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) reste la forme la plus connue même si elle est très souvent non diagnostiquée.

Par contre, l’atteinte isolée du cerveau responsable des Troubles NeuroDéveloppementaux liés à l’Alcool (TNDLA) n’est pas diagnostiquée comme telle alors que ces enfants, adolescents et adultes peuplent les Institut médico-sociaux, les centres pour troubles des apprentissages et troubles du spectre autistiques, les services de psychiatrie, les classes spécialisées et même les prisons. Ces malformations cérébrales favorisent,par les incapacités qu’elles entrainent, l’exclusion sociale. De plus, l’Alcoolisation prénatale prédispose à plus de 400 pathologies durant toute la vie.

La santé, le social, l’éducation, la justice mais aussi l’économie sont concernés par cette problématique qui a un coût considérable pour la société française estimé à plus d’un million d’euros par individu atteint avec un coût global annuel estimé à 9 milliards d’Euros .

Face à ces enjeux de société, l’expérience pilote évaluée de La Réunion nous permet d’envisager rapidement à l’échelle nationale la prévention, le diagnostic précoce et la prise en charge de ces populations fragilisées.

A cet effet SAF France, impulseur et fédérateur d’initiatives françaises et étrangères, a besoin d’un partenariat fort avec le gouvernement pour faire de cette prévention une grande cause nationale.

Concrètement il est indispensable que le gouvernement mette en pratique les expériences réussies et validées et soutienne :

1. Pour les populations les plus vulnérables (femmes en difficulté avec l’alcool), le développement dans chaque département français, à l’instar du « cœur de réseau » de REUNISAF à La Réunion, d’une véritable articulation entre le social, la santé, la justice et éducation nationale. Cette articulation en direction des populations les plus vulnérables permettrait de mettre en synergie et optimaliser les dispositifs de droits communs à proximité des familles à risque. Coût estimé 30 Millions d’Euros/an pour un gain immédiat évalué à 500 Millions d’Euros/an(400 enfants/an qui naitraient de familles très vulnérables sans TCAF).
2. Pour les individus porteurs de TCAF (nombre estimé en France à 650 000), le développement, à l’instar des centres ressources canadiens, d’un véritable centre ressource TCAF (diagnostic, soutien à l’accompagnement, formation transversale et recherche) par région.Objectif diagnostiquer, accompagner 3000 individus/an et prévenir des centaines d’enfants atteints dans ces familles. Coût estimé 27 Millions d’Euros=1,5 Millions d’Euros/an par région pour un gain de plusieurs centaines de millions d’euros.
3. En prévention primaire,
a. Face à l’augmentation des alcoolisations ponctuelles importantes chez les jeunes femmes, instaurer d’un plan de sensibilisation généralisé à tous les établissements scolaires pour les élèves de 4ème et de 3ème.
b. L’agrandissement du LOGO préventif sur les bouteilles de boissons alcoolisées
c. Recourir à un vaste plan d’information en direction du public en soutenant le SAFTHON

Encore plus d'actions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *