Les SAF et TCAF

Quelles sont les différences entre le Syndrome d’Alcoolisation Foetale (SAF) et les autres Troubles Causés par l’Alcoolisation Foetale (TCAF) ?

Le SAF affecte 1 enfant sur 1 000. C’est la forme la plus sévère des conséquences de la consommation d’alcool pendant la grossesse. Elles peuvent être massives : retard de croissance, retard psychomoteur, malformations du visage, et troubles cognitifs majeurs avec parfois une déficience intellectuelle.
Les autres TCAF touchent 1 enfant sur 100. Ils englobent de nombreux troubles dus à l’atteinte du cerveau. Ces troubles sont méconnus et rarement attribués à l’atteinte du cerveau par l’alcool durant la grossesse. Les enfants atteints ont des difficultés à maintenir leur attention donc à ne pas se laisser distraire et à apprendre à l’école du fait de troubles « DYS » (surtout la dyscalculie). Ces difficultés sont souvent associées à des troubles du comportement par défaut d’empathie, des troubles de l’auto-contrôle et de la régulation des émotions à l’origine de leurs difficultés à s’adapter à la vie sociale.
L’Ensemble des TCAF* représente la 1 ère maladie neuro-développementale non génétique évitable.

Comment s’effectue le diagnostic ?

C’est un diagnostic d’élimination notamment de maladies génétiques posé par une équipe pluridisciplinaire (généticien, psychomotricien, orthophoniste, neuro-pédiatre, neuropsychologue…) lors d’un bilan complet. Ce diagnostic complexe nécessite des centres de diagnostic dans toutes les régions françaises.

Pourquoi est-il important de diagnostiquer les personnes atteintes ?

Evaluer les capacités et les difficultés de l’enfant est essentiel pour lui proposer un environnement adapté le plus précocement possible quand son cerveau est encore « plastique. »