Traduire       FR

Partager

ALCOOL : PAS DE CONSOMMATION SANS RISQUE POUR L’ADULTE!!! ET ALORS POUR LE FOETUS?

Alcool : pas de consommation sans risque chez l'adulte et chez le foétus

Les experts de Santé Publique France préconisent de mieux informer sur le fait qu’il n’existe pas de consommation d’alcool sans risque sanitaire.

La consommation sans risque n’existe pas

Car c’est une évidence : les scientifiques, et eux seuls, sont à même d’expliquer à l’échelle nationale ce qu’est une consommation responsable. Et pour ce faire, exit les seuils de sûreté, qui laissent penser que boire deux verres d’alcool tous les jours ou presque n’implique aucun risque. La consommation sans risque est un leurre. Les experts préfèrent désormais parler de « repères de consommation à faible risque ».

« Les études ont montré une augmentation de la morbidité et de mortalité, à court et long terme, pour des consommations faibles d’alcool par jour. Ainsi, ce n’est pas « l’abus d’alcool » qui est à risque mais une consommation, même faible. L’avertissement actuel sanitaire réglementaire (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé) est donc obsolète », écrivent les rapporteurs, qui préconisent un nouvel avertissement sanitaire : « Toute consommation d’alcool comporte des risques pour votre santé. »

 

Des jours sans alcool

Une fois que ce message sera audible, alors, les consommateurs pourront peut-être s’approprier les conseils de Santé Publique France. L’agence recommande de ne pas boire plus que deux verres d’alcool par jour, homme comme femme, et plus de dix par semaine. Ce qui inclut plusieurs jours de sobriété totale. A nouveau, une telle consommation ne fait que diminuer les risques sanitaires sans les annihiler.

Pour les grandes occasions, l’agence conseille « de réduire la quantité totale d’alcool que vous buvez ». Elle recommande « de boire lentement, en mangeant et en alternant avec de l’eau ».

Pour les femmes enceintes et les adolescents, « l’option la plus sûre est de ne pas consommer d’alcool ».

Le foetus est encore  plus vulnérable à l’alcool que sa maman et son papa.

Au vu des résultats obtenus sur des modèles animaux, il n’existe pas de consommation sans risque durant la grossesse.

 

recommendathttps://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/21147-Alcool-consommation-risque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *